Le mildiou tape fort… sur le Carignan

C’était prévisible, depuis quelques temps, les fortes pressions, le vent marin et la pluie qui se sont installés depuis le printemps allaient exiger leurs dus. La vigne a été contente de recevoir tant de pluie, les sorties étaient nombreuses et belles mais une fois encore, la Nature appelle à l’humilité…

Le marquage en mildiou était net, il fallait traiter toutes les parcelles. Cuivre et extrait d’écorce d’orange en ce qui nous concerne. Mais à courir trop de lièvres, mise en bouteilles, nouvelle plantation, décavaillonnage tardif pour cause de sols détrempés, palissage des sarments pour pouvoir rentrer dans les vignes avec le tracteur, les priorités étaient trop nombreuses…

Il nous a manqué un peu de temps pour traiter en temps et en heure notre parcelle de Carignan centenaire… Tout juste avais je eu le temps de la désherber. Le mildiou a fait son oeuvre, il a tapé fort. A première vue 60% des raisins ne pourront pas être vinifiés sur cette parcelle… Jean qui rit, Jean qui pleure, ainsi va la vie…

 

 

Je l’appellerai bien « Désirée »

Ca y est ! La nouvelle plantation de Syrah et Grenache est terminée… On finit l’arrosage aujourd’hui… 4500 pieds… Longue vie à elle et de beaux raisins… Plantée avec deux mois de retard à cause des pluies et du terrain trop humide, je l’appellerai bien Désirée !

Séance décavaillonnage

Cette année, avec les pluies, l’herbe pousse à la vitesse de la lumière… On finit d’un côté, on recommence de l’autre… La course contre l’herbe… Mais « y’a pas que ça à faire » !

 

Faut être un peu « fada » !

 S’il avait fallu que je pulvérise des produits chimiques dans les parcelles du domaine, j’aurais dit à Véronique : ça m’intéresse pas ton histoire, j’aurai passé mon chemin ! Ok, on est du même bois, elle m’a pas attendu pour travailler en bio, mais l’entretien des vignes, je n’évoquerai que le désherbage, faut quand même être un peu fada !

Pendant que Véro taille, nous assurons la pré-taille et relevons les fils avec Catherine. Jusque là tout va bien ! Mais  une autre mission m’attend… Je prends ma pioche sous le auvent et c’est parti pour un tour dans toutes les parcelles. La guerre est déclarée avec les inules visqueuses, aubépines et autres ronces… Car le décavaillonneur ne fait pas tout, et pour parfaire le tout, la pioche devient l’arme absolue !

Rémi

Ça c’est après !!!

Ça, c’est avant !!!

500 arbres et arbustes….

 

C’est fait depuis fin décembre ! En lien avec l’association Arbres et Paysages de l’Aude, nous avons planté 500 arbres et arbustes autour des parcelles. Je n’y vois que des avantages…

Déjà au printemps dernier, seules les vignes proches de la grande haie de cyprès et d’arbustes avaient résisté au gel noir. On constate également qu’elles sont en bien meilleure forme que leurs voisines exposées à tous les aléas et qu’elles produisent mieux.

L’agroforesterie a pour nous bien des avantages. Reformer les remparts naturels, améliorer la biodiversité, lutter contre l’érosion des sols et un meilleur captage de l’eau. Sans oublier le côté esthétique ! Mieux vaut s’entourer de quelques conseils, sur les variétés à planter et la préparation des sols…

Il reste à pailler aujourd’hui et être vigilent pour que toutes ces jeunes pousses grandissent dans les meilleures conditions…

Rémi

Précoce, précoce…

 

veraisonLes années se suivent et ne se ressemblent… jamais !

Après les gelées noires du printemps, fatales aux blancs, c’est la période de véraison qui nous surprend par sa précocité…

En effeuillant la Syrah, on s’est très vite aperçu que certaines grappes avaient déjà pris leur teinte définitive quand d’autres amorçaient tranquillement le processus. Rien d’anormal si ce n’est que la période de véraison survient cette année deux semaines plus tôt qu’habituellement.

Il faudra juste être un peu plus vigilent sur le stade de la maturité avant de débuter les vendanges. Quand nous goûterons les raisins avec Véronique, je risque fort de penser à une des scènes du film « Ce qui nous lie » de Cédric Klapisch… Celle où Juliette et son frère font de même, dans les vignes, pour décider de la date…

De nouvelles tondeuses dans le Carignan

carignan_moutonsÇa n’arrive pas tous les jours et ce fut un plaisir de les voir… En cette mi-mars, le berger du village, Philippe Roque, a amené ses moutons paître dans la parcelle de Carignan.

L’herbe était bien verte, les moutons se sont régalés et les chiens veillaient au grain afin que personne ne vienne troubler leur festin…

Ces paisibles tondeuses bio, bien plus silencieuses que le moindre outil mécanique, se sont montrées diaboliquement efficaces.

Elles ont nettoyé la parcelle en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Philippe est repassé les chercher…

Elles sont maintenant dans la parcelle avoisinante.

Il pleut, il pleut bergère !

 

dm_02_17

En ce début d’année, l’actualité de notre petit vignoble des Corbières reste centré sur la taille et l’entretien des parcelles, en repos végétatif. Le sol profite des pluies de ces dernières semaines et toute l’équipe est là pour tenter d’éliminer les plantes qui gênent les ceps. Catherine et moi arrachons quelques « mauvaises » herbes tout en taillant. Plus courageux, Rémi a pris la bêche pour les vivaces les plus résistantes.

Alors que la neige tombée sur les massifs enchante les skieurs, elle nous promet aussi un peu d’eau pour le printemps. La source du village recommence à couler après une année de forte sécheresse, signe que les nappes phréatiques se remplissent…

Les premiers amandiers commencent à fleurir. Il nous reste un mois pour finir la taille. Encore les cépages blancs Viognier, Chardonnay et Muscat et nous pourrons commencer le broyage des sarments et le griffage des sols.

Pour l’heure, il pleut, il pleut bergère et c’est tant mieux !